Le trois est dépassé… an der Tür XII… a long time ago… et de nouveau…

Es ist das Erbe qui me suit couché sous l’herbe Es steht in der Erinnerung
Au début de la vie bleibt es jung debout et en dessus est en dessous unter
meinen Beinen liegt es dans un lit aux barrières endormies

Mitten drin in mir wollt es weinen et s’est enfuit mit den ersten Schritten
hin zu dir vers l’horizon et à travers du gazon toujours plus loin me
semblait-il jusqu’au jour où la direction a disparu dans tous les sens aus
mir entglitten appeler au secours alors quelqu’un restait assis ohne Ziel
berçant un grain sans force sur une île hors de l’écorce en évidence sans
souvenir hors du jeu ist die Welt besiegt ein Theaterspiel? Un grand
théâtre wo die Puppen tanzen devant les yeux wo der Vorhang fällt wie die
Schuppen im ganzen Zuschauerraum se lèvent un étonnement sourd d’un
rêve und mit dem Traum verbunden un monde idolâtre bereit zu
verwunden

Immer wieder ist es Zeit für den Weihnachtsbaum „auf die Erde nieder...“
est-elle basse ou profonde so schwer wie die Lider „in the beginning long
time ago...“ d’un cœur parti weg vom Gesang des moteurs et des machines
in deine Hände à l’intérieur in der Wiege in der ich liege wie am Anfang
de la vie d’un poids lourd remplie am Ende vom Weg à l’origine „in the
beginning long time ago...“ l’amour sans mots


La flamme que tu allumes pendant que le monde se consume dans le
brouillard de sa vapeur

Fait pousser les fleurs de mon côté de femme rougissant de faiblesse que tu
portes sans cesse

Ton cœur sur ta main forte tu montes le chemin

...